Digital Marketing

comment rater son référencement en 10 leçons

Par , Le

En termes de référencement naturel, on lit un peu tout et son contraire… Si les règles du SEO changent rapidement, certaines tactiques sont définitivement à proscrire. Découvrez le palmarès des “pires pratiques” en matière de référencement.

1. Fonder sa stratégie exclusivement sur des mots-clés ultra concurrentiels

 

Vous êtes une petite PME crée il y a deux ans et spécialisée dans la distribution de produits électroménagers dans la région de Carcassonne ? N’espérez pas détrôner les leaders français du marché sur des requêtes de type « TV écran plat » ou « lave-linge »… Vous aurez beau avoir optimisé les contenus de vos pages et mis en œuvre les meilleures pratiques SEO, vous aurez du mal à concurrencer ces géants, dont le référencement reflète la notoriété. Deux raisons à cela : d’abord, ils sont présents sur la toile depuis longtemps, or dans son algorithme, Google tient compte de l’âge des noms de domaine. Mais surtout, vous allez peiner à égaler le nombre de liens qui pointent vers leur page d’accueil et leurs pages intérieures. La solution ? Miser sur des expressions-clés plus spécifiques, de type « achat TV Carcassonne ». Moins concurrentielles, ces expressions vous permettront d’obtenir un meilleur classement et un trafic bien plus qualifié.

2. Le Keyword Stuffing ou le « bourrage » de mots clés

Vous détenez l’expression clé qui décrit parfaitement votre activité « Cabinet d’expert-comptable à Nantes », et comptez bien vous positionner sur celle-ci… même au dépend de la qualité éditoriale de vos contenus. Vous avez entendu parler d’un « critère de densité » qui serait pris en compte par Google et tous les textes qui paraissent sur vos pages comportent désormais un maximum d’occurrences de l’expression en question. Non seulement, votre démarche risque d’être assimilée à du spam par les moteurs mais en plus, une fois sur votre site, les internautes n’y resteront pas plus de quelques secondes. Plutôt que de faire du Keyword stuffing, écrivez naturellement, variez les expressions, pensez aux synonymes, ajoutez des intertitres… de façon à ce que les contenus restent lisibles et intéressants pour l’internaute. Au final, c’est toujours son intérêt que sert Google !

3. Zapper les balises « titles »

S’il s’agit du critère le plus important dans l’algorithme de Google, nombreux sont les sites qui continuent à les bouder… La balise titre est celle qui apparaît en bleu pour chaque résultat de page lors d’une requête sous un moteur de recherche et que l’on retrouve dans l’onglet bleu du navigateur. En faisant l’impasse sur elle, le titre qui apparaît par défaut n’est autre que : « Document sans titre », une requête ultra-concurrentielle au vu des nombreuses pages qui semblent avoir été optimisée sur ces termes ! Un constat un peu navrant quand on pense qu’il aurait suffit de décrire le contenu de la page en 10 ou 15 mots, en y intégrant une (voire deux) expression(s) clé(s).

4. Rendre une même page accessible à plusieurs URL

S’il est intéressant pour une page d’apparaître dans les premiers résultats de recherche des moteurs pour des requêtes diverses, être accessible à diverses URL l’est nettement moins. La boulette la plus courante consiste à permettre l’accès à ses pages avec une url en « www » et avec la même sans ces « www ». Si les moteurs de recherche n’apprécient guère, il y a bien plus gênant : les liens que d’autres sites feront pointer sur le vôtre pourront être de type « avec www » ou « sans www », et vous perdrez du coup assurément une partie des liens qui pointent vers vous.

5. Se concentrer sur les balises Keywords

Vous y perdez un temps précieux et elles ne servent plus à rien… si ce n’est à renseigner vos concurrents sur les mots-clés sur lesquels vous appuyez votre stratégie de référencement !

6. « S’asseoir » sur son contenu

Vous avez mis en ligne les contenus de votre site et vous pensez désormais vous reposer en observant à l’aide des outils Google Analytics le trafic qui en découle… Mauvaise idée : pour que les moteurs de Google visitent vos pages régulièrement, il faut en renouveler le contenu à une fréquence honorable. Si les informations qui figurent sur votre site datent d’il y a deux ans, elles ne présentent sans doute pas pour les internautes le même intérêt que des informations datant du mois dernier. Vous n’avez pas de temps à y consacrer ? Confiez le travail à une agence web qui produira pour vous des contenus pertinents et optimisés pour le référencement… J’en ai une très bien à vous recommander ;-).

7. Faire des liens sur des mots vides

Décidé à travailler le maillage interne de votre site, vous multipliez les liens croisés entre les différentes pages pour créer des ponts entre les rubriques ? En voilà une bonne initiative ! Mais avez-vous pensé au texte de vos liens ? Plutôt donc que de choisir pour texte le nom d’un nouveau produit que vous cherchez à faire connaître, choisissez plutôt de faire le lien sur sa fonction ou sa spécificité. Par exemple : plutôt que de faire un lien sur notre CMS « Jumbe », nous préférons le faire sur : « CMS simple et intuitif ».

8. Ne pas se soucier des images

Pourquoi perdre du temps à remplir les attributs Alt des images que vous mettez en ligne ? Pour la bonne raison que les robots des moteurs utilisent l’attribut Alt pour définir la signification d’une image. Et comme vous l’avez sans doute remarqué, Google remonte désormais dans ses résultats des actualités, des images ou des plans issus de Google Actualités, Google Images ou Google Maps, lorsque la requête s’y prête. Autant donc mettre toutes les chances de son côté en optimisant non seulement votre texte mais aussi vos images, lorsque c’est possible. Entendons-nous bien, n’allez pas renseigner l’attribut Alt d’une image figurant un simple motif géométrique de mots-clés de type « logiciels de comptabilité » ou « TV écran plat »…

9. Le site 100 % Flash

Bien sûr, c’est joli, ça bouge, ça fait moderne… mais en termes de référencement, on imagine difficilement pire que le site 100 % Flash. Qu’est-ce qui bloque ? Le fait que l’ensemble du site soit intégré dans une seule animation flash, qui se résume donc à une seule page HTML. Difficile alors de se positionner sur une multitude de mots-clés… La solution ? Prévoir des animations Flash pour dynamiser les pages HTML de votre site, en marge des contenus textuels.

10. Chercher à contourner les règles

Pages satellites, mots cachés, fermes de liens… Autant de méthodes mises en place pour tromper Google et arriver en pôle position. Outre le fait que ces pratiques soient condamnables sur le plan éthique, elles ne vous mèneront pas bien loin, puisque les tricheurs finissent toujours par se faire épingler, à l’instar de BMW Allemagne qui avait cru bon en 2006 de mettre en place des pages satellites truffées de mots clés, et qui s’était à ce titre vu bannir de Google pendant quelques mois…

fermer
Téléchargez gratuitement

“L'éditorial pour mieux vendre”

“L'éditorial pour mieux vendre”

Plus que jamais, les contenus des entreprises doivent soutenir chaque étape de leurs processus commerciaux. Comment les utiliser au mieux pour gagner des affaires ?

Recevez gratuitement ce nouveau guide de la collection Keywords by Indexel.

Téléchargez l’e-book