Expertise éditoriale

Interview vidéo : comment trouver le bon spot ?

Agence conseil & communication digitale
Dans le film d’entreprise, l’interview est un passage quasiment obligé. Lumière, cadrage, son… Voici mes conseils pour réussir vos interviews.

C’est le grand jour, vous tournez un film pour votre entreprise, chez vous ou chez l’un de vos clients. Et vous me dites : “Je vous ai réservé une salle de réunion pour tourner les interviews !” En tant que réalisateur, combien de fois, j’ai entendu cela. Et pour découvrir, ô joie ineffable (et angoisse contenue), une salle de réunion impersonnelle au murs jaunis, avec une table de 300 kg au centre, impossible à bouger. Elle même recouverte de dizaines de câbles ethernet entremêlés…

Vous l’aurez compris, une salle de réunion, ce n’est pas forcément le top pour tourner une interview… Et il y a mille endroits où shooter un film d’entreprise, mais, de manière générale, je conseille de privilégier un endroit qui représente au mieux le métier de la personne interviewée. Votre interlocuteur est chef cuisinier ? Quoi de mieux que sa cuisine pour l’interviewer ! Vous interviewez un DSI ? Filmez le devant des racks de serveurs ou dans la salle blanche de l’entreprise !

Avec ou sans son ?

La question du lieu de tournage soulève plusieurs problèmes techniques, dont celui du son. Évidemment, lors d’une interview, l’intelligibilité de la voix de l’interlocuteur est primordiale. Nous pourrons donc difficilement tourner l’interview d’un ouvrier au beau milieu d’une chaîne de production ou d’un opérateur de centre d’appel dans son open space. Non seulement nous serions gênés, mais aussi, nous risquerions de gêner les collaborateurs qui travaillent autour… Pas d’inquiétude, il existe des micros mi-ra-cu-leux ! Par exemple, le micro-cravate qui présente l’avantage d’être placé au plus près de la source sonore : la bouche de l’interlocuteur. Il existe d’ailleurs de nombreux types de micro selon les usages : omnidirectionnel, cardioïde, hypercardioïde… Ces termes désignent la directivité du micro. Par exemple, un micro omnidirectionnel va capter les sons sur 360°, alors qu’un micro hypercardioïde les captera sur 120° seulement, voir moins. On évite ainsi les bruits parasites.

Néanmoins, si l’environnement sonore est vraiment trop bruyant, le micro capturera tout de même le bruit de fond. Il faudra alors composer avec le cadrage, jouer avec des surfaces vitrées. Par exemple, placer la personne interviewée dans une pièce calme, dont une fenêtre donne en arrière plan sur une autre pièce, elle-même plus animée. Il faut savoir également qu’une interview est rarement utilisée in extensoau montage. On couvre en général des parties de l’interview par des plans de coupe (ou plans d’illustration). On peut ainsi filmer quelqu’un dans son bureau, au calme, puis illustrer son métier en le voyant, en action, dans des plans de coupe, insérés au montage sur son interview.
Lors d’une interview, l’intelligibilité de la voix de l’interlocuteur est primordiale.<

Aziz, lumière !

Ensuite, il faudra que les conditions lumineuses correspondent à ce que l’on souhaite faire passer comme message. Une pièce très lumineuse, très éclairée, donnera une impression de transparence, de clarté dans le discours de la personne interviewée. Par ailleurs, une pièce plus sombre fera passer une impression d’intimité, de proximité. Personnellement, je ne me déplace jamais sans mon matériel d’éclairage, au moins trois projecteurs, pour m’adapter à toutes les conditions lumineuses… sans oublier qu’il existe un super projecteur naturel : le soleil. La seule chose est de ne pas l’utiliser directement. La personne interviewée risquerait de ne pas être à l’aise avec le soleil dans les yeux pendant son interview ! On utilise alors des réflecteurs pour rediriger et diffuser la lumière de manière plus douce.

Et la température de couleur ? Ça brûle ? Non, il ne s’agit pas de la chaleur émise par une lampe, mais de la couleur de la lumière émise par cette source. On dira qu’une lumière est plutôt chaude (tirant sur le rouge) ou plutôt froide (tirant sur le bleu). La température de couleur est exprimée en degrés Kelvin. Par exemple, le soleil a une température d’environ 6 500°K, un tube fluo 4 000°K, une ampoule halogène 3 200°K. Qu’est-ce que ca change pour notre interview ? Et bien, il faut être vigilant lorsqu’on mélange plusieurs sources de lumière dans l’image. Ainsi, dans le cas d’une personne dans un bureau éclairé avec des tubes fluo, devant une fenêtre donnant sur l’extérieur… ce que l’on voit par la fenêtre aura toutes les chances d’apparaître bleu à l’image ! Question de température de couleur…

Chambre avec vue

Enfin, un détail, mais qui a son importance… Je sais que vous payez très cher votre loyer avec vue sur la Tour Eiffel et que vous souhaitez que l’on puisse l’admirer en arrière plan pendant l’interview de votre CEO. Désolé de vous décevoir, mais il faudra choisir entre le Grand Patron ou la Dame de Fer. En effet, le contraste lumineux entre l’intérieur d’un bureau et l’extérieur est bien trop important. On privilégiera donc, évidement, une exposition lumineuse correcte sur le Grand Patron.

Repérage avant tournage

C’est pourquoi, afin de prendre en compte tous ces paramètres, j’effectue toujours un rapide tour de vos locaux en arrivant. Dans le jargon de la vidéo, on appelle ça un repérage. Cela me permet de choisir le (ou les) lieu(x) le(s) plus adapté(s). Lumière, son, cadre, contre-jour… tout peut s’anticiper pour un tournage réussi et un film d’entreprise de qualité !

La ressource pour aller plus loin

L’éditorial pour mieux vendre

Agence conseil & communication digitale

Lire également

Vous avez encore faim d’actus ?

Tous les mois, régalez-vous des dernières nouveautés marketing, directement servies dans votre boîte mail !