Digital Marketing

5 tips pour faire de votre marque employeur… un échec !

Pas un jour sans qu’on entende parler de marque employeur. Devenue en quelques années un des piliers de la comm’, elle est censée refléter l’entreprise et attirer les meilleurs talents. Mais qu’à celà ne tienne : puisque vous êtes 100 % serein sur votre recrutement, voici cinq conseils tip-top pour faire de votre marque employeur… un échec cuisant !

#1 – Réfléchissez en solo

Pour construire la marque employeur de votre entreprise, ne dérangez surtout pas vos collaborateurs ou vos dirigeants, ils ont bien mieux à faire ! Car après tout, depuis toutes ces années, qui connait mieux votre société que vous-même ?

Alors, pas besoin de cogiter pendant des heures ni de planifier vos communications : installez-vous confortablement et écrivez ce qui vous vient à l’esprit sur le moment. Une bonne dose d’impro n’a jamais fait de mal à personne, et la concertation est rarement source d’originalité. Enfin, n’hésitez pas à en rajouter des tonnes pour émerger : dehors c’est la jungle !

#2 – Ne dites rien sur la vie de votre entreprise

C’est évident : un candidat intéressé par un job ne se renseignera pas sur vous ! Alors inutile de vous embêter à présenter votre entreprise, votre positionnement, vos locaux ou vos collaborateurs sur votre site Internet ou vos réseaux sociaux.

Si bizarrement l’envie vous en prenait, n’hésitez pas à partager les photos de vos brochures ou de votre rapport annuel, de préférence issues d’une banque d’images US. En revanche, bannissez tout moment de vie de l’entreprise : le candidat risquerait de croire que l’ambiance chez vous n’est que rigolade. A l’inverse, détaillez allègrement vos offres ou vos expertises pour rassurer sur votre professionnalisme. Enthousiasme assuré…

#3 – Misez tout sur Facebook

Depuis l’ascension fulgurante des réseaux sociaux, les travailleurs modernes ne jurent plus que par ça. Ici, inutile de vous disperser : concentrez-vous sur Facebook, puisqu’il rassemble plus de 37 millions d’utilisateurs actifs en France. Négligez sans regret tous les autres, comme par exemple LinkedIn et ses 16 millions d’abonnés… et tant pis pour ses possibilités de ciblage très précis !

Même constat pour les formats de contenu : ne variez surtout pas, postez sans modération. Car c’est bien connu, personne ne s’intéresse aux sondages ou aux vidéos ! Et bien sûr, veillez scrupuleusement à rester dans le corporate, car la vie quotidienne de votre entreprise ne regarde que vous !

#4 – Bannissez veille et ajustements

Bien rater sa marque employeur n’est pas un travail éreintant : un peu d’huile de coude au début de votre campagne et le tour est joué. Pas besoin de veille quotidienne sur sa présence en ligne, par exemple. Quelqu’un parle de vous sur un réseau social ? Pas la peine d’aller jeter un oeil, il ne dit sûrement que le plus grand bien de votre entreprise.

Une fois votre campagne marque employeur lancée, laissez-là rouler tranquillement. Une campagne bien réfléchie n’aura besoin d’aucun ajustement. Faire une analyse plus poussée des résultats ne serait qu’une pure perte de temps, et le temps… c’est de l’argent. Et l’argent, parlons-en !

#5 – Ne prévoyez aucun budget dédié

Mais combien ça va coûter ?” J’entends déjà la question. Fort heureusement pour vous, les réseaux sociaux sont gratuits ! Alors ne prévoyez pas de budget pour votre marque employeur ratée car, comme vu précédemment, vous n’allez de toute manière pas y passer trop de temps. Et l’acquisition payante, en search comme en social, c’est uniquement pour les ventes, non ? S’il malgré tout il vous reste quelques deniers, une enveloppe fixe chaque année sans review ni analyse des résultats sera amplement suffisante pour mener sans regret votre projet à l’échec.

Bravo ! Si vous avez suivi attentivement mes conseils, vous avez raté votre marque employeur avec brio. Si en revanche vous avez quelques remords, regardez notre épisode de L’édito consacré à la marque employeur… la vraie 🙂

La nouvelle donne de la marque employeur

Téléchargez gratuitement

La nouvelle donne de la marque employeur

Et si 2020 était “l’année zéro” de la marque employeur ?

Télécharger l'ebook