Digital Marketing

6 idées reçues sur l’éco-conception Web

Agence conseil & communication digitale
La notion de “numérique responsable” prend de plus en plus d’ampleur, notamment à cause de la crise énergétique que traverse le monde. La France a par ailleurs promulgué la loi REEN pour responsabiliser les entreprises. Concernant l’éco-conception Web, il est important de démystifier le sujet et de tordre le cou aux idées reçues. C’est parti !

Si vous avez besoin d’un rappel sur ce qu’est l’éco-conception Web, n’hésitez pas à consulter les précédents articles de Maxime sur le sujet ainsi que sur la pollution numérique.

Idée reçue n°1 : un site web éco-conçu est forcément moche

Beaucoup nous font part de leur crainte au sujet de l’apparence d’un site web éco-conçu. Pour eux, éco-conception rime avec contraintes, notamment au niveau du design et des effets graphiques. Ils pensent que ces limites de créations aboutiront forcément à une interface pauvre avec un design peu convaincant.

Éco-conception Web ne veut pas dire manque d’esthétisme 

Il est vrai que mettre en place un design éco-conçu nécessite de s’affranchir de certaines tendances web. Mais sobriété et contrainte ne signifie pas forcément vide et fade ! Au contraire, c’est justement ce qui doit attirer votre attention. Cette pratique offre l’opportunité de se réinventer. Cela permet d’explorer de nouvelles possibilités de faire du « beau ». Nous avons déjà abordé cette tendance à s’affranchir des codes graphiques pour lutter contre l’uniformisation web avec ce mouvement : l’anti-design. Il ne faut pas s’inquiéter, il est tout à fait possible d’obtenir un site éco-conçu en utilisant des technologies vertes. Il s’agit simplement de faire des choix graphiques justes et pertinents afin de trouver un équilibre entre esthétisme, performance et éco-conception.

Idée reçue n°2 : un site web en mode dark est toujours éco-conçu

Le mode sombre n’est pas qu’une tendance de ces dernières années, il a aussi très bonne réputation dans les critères de « numérique responsable ». D’ailleurs, il est de plus en plus courant d’observer la nouvelle fonctionnalité web « Éco Mode » qui permet de passer un site web ou une application en mode sombre. 

Le mode Dark n’est pas toujours suffisant

Oui, le mode Dark permet de diminuer l’impact énergétique de vos écrans. En effet, les couleurs ne sont pas toutes égales en termes de consommation énergétique. Par exemple, le bleu consomme davantage que le rouge. Vous l’aurez compris, le noir semble être le meilleur élève. Les bénéfices sont à son maximum lorsqu’on utilise un écran OLED : celui-ci ne va tout simplement pas allumer les pixels qui devront afficher du noir. Cependant, le mode Dark n’est pas toujours suffisant pour qualifier votre site web d’éco-conçu. Alors oui, vous répondrez à une des bonnes pratiques du design. Mais si vous délaissez toutes les autres telles que l’optimisation de vos contenus visuels ou une simplification de l’UX design, votre site web restera probablement très gourmand en énergie. 

Idée reçue n°3 : un site web a forcément un impact du fait de son hébergement sur un serveur gourmand en énergie

Cette idée reçue est la plus tenace, et c’est compréhensible. On sait tous que pour que nos sites web soient visibles en ligne, il faut des serveurs fonctionnant H24, ce qui implique une grosse consommation énergétique, donc de la production de chaleur qu’il faut contenir et tenter de refroidir, le plus souvent par des climatiseurs qui eux aussi fonctionnent H24.

Un hébergeur peut être éco-responsable. Eh si !

Bien évidemment, ne tombons pas dans le greenwashing : un serveur consommera toujours de l’énergie. Mais il peut le faire de manière responsable en agissant sur trois points. 

Tout d’abord, il peut ne s’alimenter qu’en énergie renouvelable issue d’éoliennes, du solaire ou de l’hydraulique par exemple. 

L’hébergeur peut également refroidir ses serveurs de manière plus éco-friendly, que ce soit par la situation géographique (des serveurs en altitude où la température est naturellement plus fraîche par exemple) ou par la technologie, comme avec le refroidissement liquide pour limiter leur surchauffe. 

Enfin, la question se pose des serveurs en fin de vie. Un hébergeur responsable privilégiera l’utilisation de pièces reconditionnées pour réparer leurs serveurs afin de prolonger au maximum leur durée de vie.

Idée reçue n°4 : l’éco-conception Web a un impact négatif sur les performances de votre site web

Quand on parle de performance de votre site Web, vous vous dites tout de suite “je veux que mon site se charge très vite, il faut donc que mon serveur soit le plus puissant possible”. Et qui dit serveur puissant dit consommation énergétique plus importante. Dans le point précédent, on a déjà montré qu’un serveur peut être éco-responsable, alors parlons maintenant de performance.

Un site éco-conçu permet d’améliorer les performances

Eh oui, c’est tout l’inverse de l’idée reçue ! Un site éco-conçu est par définition plus léger que les autres sites, soit par un allégement du nombre de fonctionnalités, soit par un réel travail d’optimisation des images et des vidéos, soit par la simplification et la minification de vos pages de code, soit même par les deux à la fois (c’est d’ailleurs ce qu’on vous recommande). On peut également penser à de la mise en cache pour éviter de faire travailler le serveur à chaque nouvelle visite d’une page. Votre site web s’affiche donc plus rapidement sans avoir besoin d’un serveur équipé d’un moteur de F1.

Idée reçue n°5 : mon WordPress est trop gourmand, je ne peux rien y faire

Quand on pense à un site Internet, la première des questions à se poser est “quel CMS choisir pour administrer mes contenus ?”. Ces CMS (comme WordPress ou Drupal) viennent avec tout un tas de fonctionnalités qui peuvent très vite augmenter le poids de votre site et donc ralentir son affichage. De plus, ils sont souvent assez restrictifs dans leur code et il est très difficile d’y toucher pour tenter d’en réduire l’impact. Il est donc naturel de se dire qu’on ne peut rien y faire…

Et pourtant si ! Un CMS peut être éco-responsable

Mais pour ça, il y a plusieurs points à garder en tête. Dans l’éventualité où vous ne développez pas votre site de zéro (le fameux from scratch) et que vous préférez vous tourner vers des thèmes (beurk), attention à bien choisir un thème qui a été réfléchi pour être éco-conçu. Un thème connu pour sa légèreté est le thème GeneratePress, souvent utilisé pour des projets de site éco-conçu dans sa version Premium. Au revoir les thèmes fourre-tout avec 300 fonctionnalités !

Et justement, les fonctionnalités, parlons-en : il est tellement facile sur WordPress par exemple d’installer des plugins pour tout et n’importe quoi. Quoi que vous ayez besoin, il y aura un plugin pour vous. Sauf que plugin implique code et script, et donc cela ajoute du poids et des temps de chargement à votre site. Donc pour garder son CMS le plus léger possible, on évite d’installer des plugins pour des fonctionnalités qui ne sont pas essentielles.

Dernier point : vos médias. Peu importe votre CMS, c’est à vous que revient la responsabilité de vous assurer que vos images soient bien aux bonnes dimensions pour éviter que les navigateurs Internet doivent les redimensionner automatiquement (et donc ralentir l’affichage de la page). Pareil pour les vidéos, on privilégiera l’utilisation de Gifs, mais si vous avez impérativement besoin d’afficher une vidéo sur votre site, il sera préférable d’héberger vos vidéos sur des sites comme Youtube ou Viméo.

Idée reçue n°6 : c’est trop compliqué de créer un site éco-conçu

Le sujet de l’éco-conception est de plus en plus évoqué par les entreprises. Pourtant, beaucoup font encore la sourde oreille. Non pas par manque de conscience des enjeux environnementaux, mais principalement par crainte de s’aventurer sur un terrain inconnu et ardu. 

Ce n’est pas plus compliqué qu’un autre projet digital

C’est indéniable, l’éco-conception vient chambouler nos habitudes du digital. Mais est-ce que cela en fait un projet plus compliqué que d’autres ? Eh bien non ! Il s’agit certes d’un nouveau processus de conception à appréhender, mais une fois que vous aurez les clés en main, tout coulera de source ! Si vous voulez refondre votre site web, la meilleure manière de débuter le projet est de réaliser un audit pour évaluer où il se situe au niveau de l’éco-conception. En ce qui concerne le processus du projet, on vous conseille de mettre en place des KPIs afin de déterminer vos critères d’éco-conception (vitesse de chargement de la page, poids des visuels, poids du HTML…). Une fois que ces KPIs sont mis en place, il vous suffit de les suivre jusqu’à la phase de développement de votre projet.

Aujourd’hui, chaque acteur du digital doit se sentir responsable des enjeux environnementaux et limiter son impact énergétique. Un champ des possibles s’offre à nous pour s’améliorer dans la conception web. Avec Maxime, on vous en parle durant notre webinar : « Site web éco-conçu : du nice-to-have au must-have ! » Alors, n’attendez plus, inscrivez vous, et peut-être qu’ensuite, vous prendrez comme nous le virage de l’éco-conception !

Webinars

Eco-conception Web : du nice-to-have au must-have !

Agence conseil & communication digitale

Lire également

Vous avez encore faim d’actus ?

Tous les mois, régalez-vous des dernières nouveautés marketing, directement servies dans votre boîte mail !